Rechercher
  • Swan

Les Volontaires armés

de @Walter Bruyère-Ostells


Les Volontaires armés "Ces Français qui ont combattu pour une cause étrangère depuis 1945"


J’ai découvert ce livre à sa sortie via un post sur Linkedin et suis heureuse de m’être attardée sur la 4e de couverture où j’ai été interpellée sur l’approche sociologique du sujet et l’idée de

« …comprendre leurs motivations …» ( extrait du résumé ).



Tout de suite, une multitude de faits et de questionnements en ont amené d’autres et franchement ce livre m’a vraiment conforté.

Il m’a autant conforté dans mes sentiments et mon regard sur la société, qu’il m’a mise face à la réalité de mon ignorance « sur l’Histoire ».

Une ignorance qui n’a pas d’incidence comportementale aujourd’hui sur ma vie par le simple fait que je suis consciente de ce manque d’instruction. Mais je reconnais qu’elle peut faire basculer dans la « perdition » puis la révolte ceux qui ne pallient pas à ce manque de repères (d’éducation).

Je ne saurai parler, ni même résumer avec maîtrise les implications religieuses et politiques qui motivent ces hommes (et là on parle bien d’homme en tant que sexe car aucun nom de femme n’est relaté …) à partir combattre (ou bien soutenir : deuxième nuance) en dehors de notre hexagone.

Je n’évoquerai pas non plus le nom des conflits dont je connaissais vaguement pour certains, dont je savais seulement le nom pour d’autres ou bien ceux qui m’étaient totalement inconnu.

Voilà pourquoi je peux dire qu’aujourd’hui du haut de ma quarantaine bien passée, je fais partie du début de la génération « free story » .

Libre de vivre sans me préoccuper de l’histoire de mes « aïeuls » mais surtout ignare des conflits en général.

Des jeunes parents qui ne m’ont pas transmis le goût des faits historiques car pas préoccupés, à l’époque, par cette volonté. Des soixante-huitard … :-)

Avec « les volontaires armés » c’est pour moi une première leçon d’humilité qui me rappelle combien l’équilibre d’un homme n’est totalement possible que s’il connaît ses racines (son histoire). C’est également le questionnement de savoir comment il faut, absolument, que je suscite l’intérêt de ce passé riche et formateur à mes enfants … Cette transmission est indispensable pour notre société !

Et puis il y a le fond, celui de la scission sociétale des dernières générations où l’altruisme disparaît petit à petit au profit de l’intérêt.

Sans vouloir généraliser mais en étant tout de même objective; Il y avait ces hommes qui partaient défendre une cause et maintenant il y a aussi ceux qui se vengent de leur mal-être.

Une aventure humaine dans les deux cas mais dont l’origine, le fondement, les motivations sont toutes autres. Et au final, une vie sous tension et adrénaline dont on devient dépendant.

Pour les volontaires des « nobles » causes, revenir à la vie «normale » veut dire faire vivre le traumatisme (de la guerre, de la différence) qu’ils ont fait naître en eux.

Pour ceux venus avec l’idée de se forger une identité (à la recherche de reconnaissance), l’entretien de la violence et son escalade leur permettent de se sentir héroïques et puissants.

Un livre tant historique que collant à l’actualité, dans lequel l’auteur relate les faits sans prendre position, avec une structure vivante dans laquelle l’on retrouve les acteurs (combattants) au fil des chapitres.

« Une enquête » ( extrait du résumé) extrêmement riche et captivante écrite avec une incroyable humilité.