• Swan

"Lâchez-Prise"

Updated: Oct 1, 2019

Marketingnement parlant, hier tout se résolvait à l’aide d’un coach… On entendait ce mot à tout bout de champs.

Coach pour l’alimentation, le sport, la vie professionnelle, l’éducation de ses enfants, l’amour et j en passe… Un problème - un coach.

A croire qu’il suffisait de payer un service pour que tout s’arrange.


Alors aujourd’hui, on change tout. Si vous avez un problème, une contrariété, surtout ne faites plus rien ! Enfin si « lâchez-prise … »


J'avoue, c’est un peu tranché comme propos mais nous ne sommes pas loin de la réalité ;-)


Après cette petite introduction à la pointe humoristique, voici quelques-unes de mes pensées sur ce fameux « Lacher-prise ».


Je définirais cela comme: arrêter de se focaliser sur les faits et/ou peurs, c’est à dire des pensées qui nous obnubilent et monopolisent notre esprit. Ne plus chercher à agir dessus pour ne plus ressasser sans cesse le problème (« le négatif ») afin de ne pas le nourrir encore et encore … et retrouver la confiance!


Lâchez-prise, mais lâchez la mauvaise prise !

  • Petite aparté et complément

« We cannot save our problems with the same thinking we used when we created them » . Albert Einstein

Nous ne pouvons pas résoudre nos problèmes avec les mêmes pensées/la même approche que nous avions lorsque nous les avons crées.


Je pense que visualiser le problème est déjà un pas.

Mais si nous gardons le même état d’esprit, le même fil conducteur de pensée, il nous sera difficile, voire impossible, d’en identifier sa véritable cause et donc d’en trouver la solution.

L’analyse ne sera pas objective car créée par la même attitude que lorsque nous avons produit le problème.

Avec un risque d’occulter volontairement (ou pas) son implication dans la cause, de sous-estimer ses possibilités d’avancer, de rester défaitiste (ce n’est pas de ma faute, de toutes façons je ne peux pas faire autrement… )


Donc concrètement, il est bon de se reposer l’esprit et d’arrêter de vouloir tout contrôler ou maitriser.

- relativisons et prenons du recul

- ayons la critique moins négative

- acceptons les faits

- ne nous laissons plus piéger par notre mental


Oui, jusque là assez simple de comprendre qu’entretenir un état morose ou de stress n’apporte rien et surtout ne résout rien.

Sauf que même si nous comprenons la démarche et que nous voulons lâcher-prise, ce n’est souvent pas évident du tout d’y parvenir.


Certains préconiseront de se détendre par des exercices de sophrologie ou de pratiquer la méditation. Je pense qu’il faut déjà avoir une bonne maitrise de ces «outils» pour bénéficier de leurs effets positifs.

Car pas facile de ne plus penser aux « problèmes financiers, de santé, de famille, de coeur, de boulot… » lorsque l’on se retrouve seul avec soi-même. Je dirai même, que dans les premières séances, c’est le moment idéal que le mental va choisir pour envahir notre esprit et nous faire broyer du noir.


Il n’y a pas de formules miracles et surtout pas une liste exhaustive de solutions. Chacun s’appropriant ou se créant celle(s) qui lui est(sont) la ou les plus efficace(s).


Lorsque je prends conscience que dues à telles ou telles préoccupations, je repousse encore et encore des choses que j ai à faire, que je n’ai plus de patience, que je n’ose plus, que je perds confiance et qu’au final cela fait X temps que je bloque ma vie … Stop il faut que je « lâche-prise »!


Pour ma part j’ai besoin de m’occuper et de ressentir d’autres émotions pour inhiber ma négativité (peurs, doutes, problèmes, blocage…) et donc lâcher-prise sur ma ou mes préoccupations du moment.


Cela passe par 2 techniques


1/ J’écris

J ai un cahier (de nombreux aujourd’hui) où j’écris tout ce qui me passe par la tête. Mes colères, mes peurs, mes tristesses, mes souhaits, mes envies, mes rêves, ma vie… Tout.

J’écris quelles sont mes préoccupations, comment je les vie, comment j’aimerais que cela soit à la place…

Je me refais ma vie sur papier. J’écris tout ce qui me passe par la tête. Des fois j’en ai des frissons, des fois j’en pleure, des fois je souris tellement c’est risible ou bien que je me trouve idiote … mais peu importe, j écris !

Cela me fais du bien et me libère.

Il est rare que je relise mes états-d’âme de la veille, soit je les complète soit les réexprime d’une autre façon. Et au fil du temps je m’apercois qu’ils sont plus doux et plus positifs sur l’analyse de la situation.


Et puis lorsque je sens que je n’arrive plus à tenir en place ni à aligner 2 mots sur un cahier … alors


2/ Efforts et musique

Je cours quelques bonnes minutes avec de la musique qui me booste dans les oreilles!

Cela me fatigue physiquement mais me dope le moral. Je cours avec la tête comme dans un rêve éveillé produit par le rythme musical.

Et si en plus j ai la chance de sentir quelques chaleureux rayons de soleil…

Je déconnecte, cela me fait un bien fou et me rend de bonne humeur!


Voilà, j ai souri et eu de belles pensées. Cela n’a pas changé ma situation dans le fond mais j’ai retrouvé le punch et le moral pour avancer et voir ma vie autrement  [en plus d'avoir fait du sport, c'est bon pour la santé ... et mes cuisses ;-)]